Menu Fermer
Maillot du jour : Bordeaux 1987 -1988 UEFA

Cadillac compresseur

Les années 80, l’équipe de football de Bordeaux les a savourées comme un bon cru millésimé. Durant cette décennie, les Girondins de Bordeaux empochent pas moins de 3 titres de champions de France, en 1983-1984, 1984-1985 et 1986-1987. Ils emportent aussi deux coupes de France devant l’ennemi héréditaire du moment, l’Olympique de Marseille, en 1985-1986 et 1986-1987. Bref, c’est une sorte de Paris St Germain de l’époque, rouleau compresseur conduit par le moustachu et imposant Claude Bez, président qui eut le toupet et la classe d’arriver au Stade Vélodrome en Cadillac (1990). Côté OM, Bernard Tapie avait pris le contrôle de l’équipe de la cité phocéenne. Autant dire que l’affrontement entre les deux patrons faisait des étincelles, pour le plus grand bonheur des amateurs et clasheurs vintage.

Du V au rond

Pour en revenir à la saison qui nous intéresse, 1987-1988, et plus particulièrement au maillot, celui-ci est sponsorisé par Opel, marque fidèle aux girondins et au football en général (Bayern Munich, Milan AC, Feyenoord Rotterdam, PSG…) et Ligne 7. Plus original, il est fourni par l’exotique équipementier Hills, qui succède au plus classique Adidas. Le modèle en question est arboré lors des compétitions européennes. Il se distingue par son col, rond, le standard, Home, étant en col V. Maillot format hiver, confère ses manches longues, il demeure pour le reste aussi épais et de ce bleu si profond que la version Domicile (marine et blanc!), mais toujours dénué de la fameuse scapulaire, bannie durant les 80s. Avec lui, Bordeaux atteint le quart de finale en Coupe d’Europe UEFA (on ne dit pas encore Champions League) et se fait sortir par les hollandais de Eindhoven. Il est en vente ICI

De première en seconde

Pour le reste, cette équipe comportant son lot de stars (Jacquet -entraineur, Dropsy – goal, Thouvenel, Roche, Ferreri, Rohr, Girard, Bijotat, Tigana, Vercruysse…) réalisera une saison réussie, mais pas triomphale. Second, derrière AS Monaco et devant Montpellier PSC, dans un championnat qui incorpore encore en élite Matra Racing, AS Cannes, le Stade Lavallois, les Chamois Niortais ou Brest Armorique FC, 1987-1988 est la vraie dernière bonne saison des aquitains. Ils écoperont ensuite d’une relégation administrative lors de la saison 1990 – 1991 qui les plongera direct en D2 et une copieuse traversée du désert. Welcome to hell !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *